L’importance des données ouvertes

L’Iimportance des données ouvertes

Plus de pays ouvrent leurs données gouvernementales. C’est une bonne nouvelle. Les gouvernements sont donc plus transparents, ils développent des initiatives commerciales et créent de nouvelles idées qui rendent notre monde meilleur. Cependant, nous remarquons une tendance où ”Open Data” n’est pas ouvert.

La carte des crimes de Toronto

La police de Toronto offre une carte indicatrice de crimes qui comprend des crimes comme le cambriolage et le vol. Des renseignements précieux pour les autorités et les compagnies d’assurance afin d’améliorer la sécurité de la ville de Toronto. Toutefois, les données fournies ne stimulent pas du tout. Tout d’abord les données ne peuvent être accessibles en tant que spectateur. Afin d’effectuer des analyses et de découvrir des tendances, vous devez avoir accès aux données brutes. Deuxièmement, la carte ne montre que les crimes de la semaine passée. Cela rend cet outil pratiquement sans valeur. Cependant, vous avez besoin des données de plusieurs années afin d’apercevoir quelles parties de la ville sont devenus plus ou moins sûr. Nous pouvons donc conclure que ces publications de données sont une excellente idée, mais aussi un pur gaspillage de l’argent public.

La police des Pays-Bas

La police nationale des Pays-Bas nous a remis ses statistiques sur la criminalité de l’année dernière. Bien mieux que les données sur le crime de Toronto, mais ils ne racontent pas toute l’histoire. Seuls les crimes ont été signalés baser sur les zones de code postal de niveau 4, en conséquence les zones avec moins de 1 000 personnes ont été laissés de côté. Les vols de voitures n’ont été signalés qu’au niveau du code postal 2. Nous savons que les données sont disponibles sur une échelle plus petite car dans le passé nous avons reçu les données détaillées au niveau des quartiers. Nous avons analysé et traité ces données pour certaines compagnies d’assurance. Ils n’ont pas utilisé les données pour augmenter leur prime. Non. Ils ont commencé des campagnes de sensibilisation aux crimes. Avec les restrictions actuelles sur les données, ces campagnes deviennent moins efficaces.

Que se passe-t-il? Tout d’abord nous remarquons que la peur joue son jeu. Les données sur le crime sont loin d’être parfaites. Nous l’avons constaté lors du traitement des données. Les agents de police en service font des erreurs lorsqu’ils entrent des crimes dans les bases de données policières. Les adresses erronées, par exemple, peuvent faire disparaître les crimes dans une base de données. Lorsque ces données sont publiées, ces erreurs peuvent être découvertes. Il y a plusieurs années, nous en avons discutés au Parlement Néerlandais. Cela semble flatteur, n’est-ce pas? Plusieurs chefs de police n’aimaient pas que nous montrions des crimes policiers au public. D’après eux c’est au chef de la police et le maire de décider de déclarer si un quartier est sûr ou non. Mais ça serait basé sur quoi, une intuition? Les statistiques ne sont pas parfaites, mais elles ne mentent pas. Chaque analyste de données sait que les données ne sont pas sans failles. Cependant, il est beaucoup mieux qu’une intuition.

Nous aimons l’analyse des données et les énormes possibilités qu’ont ces grandes données. Nous pouvons vraiment changer les choses pour les améliorer. Nous pouvons mieux comprendre les tendances, nous savons comment rendre les quartiers plus sûrs, améliorer les flux de circulation dans les villes et mieux comprendre les maladies. Cependant, quand nous n’avons pas toutes les informations, les choses peuvent aller horriblement mal. N’était-ce pas l’ancien président Bush qui envahit l’Irak parce qu’il pensait que l’Irak avait des armes nucléaires? Les analyses de données et les images satellitaires n’ont montré aucune preuve. l’État islamique (IS) est un mauvais résultat de cette décision.

N’ayez pas peur et veillons à ce que les gouvernements et les entreprises commerciales travaillent ensemble pour faire de ce monde un endroit incroyable où nous vivons et travaillons en étant transparents et ouverts! De cette façon, nous pouvons agir sur l’intelligence et non pas une intuition.